Le son de cloches de Saint Enogat

En été 1914, la station balnéaire battait son plein. A Dinard, les illustres hommes et femmes sont en villégiature. A côté du bourg de St Enogat, une ambiance plus familiale avec les mêmes familles qui retournent année après année dans leurs villas bord de mer dans le quartier de l’intelligentsia.

Mais l’insouciance de cet été sera brutalement interrompue par le son des cloches de l’église de St-Enogat qui annonce la grande guerre. La station se vide et le quartier devient étrangement silencieux.

Judith Gautier, fille du célèbre Théophile, première femme à entrer à l’Académie Goncourt, habite la villa « Le Pré des Oiseaux », nom inspiré par ‘Walther von der Vogelweide’, poète lyrique allemand, le plus célèbre du Moyen Age. Son nom se traduit en français par ‘Gautier du Pré des Oiseaux’.

Là, en contemplant la mer, elle écrivait ses œuvres, souvent en compagnie d’autres grands artistes, écrivains, musiciens et peintres.

Un jour, dans un magasin d’antiquités, elle découvre une cloche d’un bateau qui avait fait naufrage. La cloche trouve sa place dans son jardin face à la mer.

C’est noël 1917, Judith, fatiguée ne quitte pas son lit. Le 26 décembre, une tempête se lève avec la tombée de la nuit.

La cloche dans le jardin est secouée par le vent.

Tout le monde dans le quartier l’entend ; cela évoque à nouveaux ce sinistre jour d’été, 3 ans auparavant.

Aujourd’hui la cloche sonne le glas : la grande Judith Gautier n’est plus.

Elle reposera à seulement quelques mètres de sa villa, dans le cimetière de St Enogat, qui depuis le premier son de cloches en 1914 a commencé à se remplir avec tant des jeunes hommes de la ville.

Sa tombe près de la mer porte l’inscription : « La lumière du ciel arrive »

Les cloches, symbole de noël, représentent la voix divine qui appelle les siens vers la lumière. Des nombreuses cloches portent l’inscription:

Je loue Dieu.
J’appelle et rassemble les gens.
J’appelle à partager les repas.Je pleure les morts.
Je disperse les nuages des orages.

Martina C.S.

Plus sur l’histoire de Judith Gautier, la Dame de la Côte dans le livre La Côte d’Emeraude secrète et insolite de Bruno Calvès, p. 78 et 79

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s